• Jordan

La boite à outils du magnétiseur

Dernière mise à jour : 1 sept.



Pour les puristes, un magnétiseur possède en lui tous les « outils » utiles à sa pratique. Si c’est vrai dans la majorité des cas, il s’avère aussi utile et parfois nécessaire pour le magnétiseur de faire appel à d’autres supports. Ils agiront comme des intermédiaires permettant de prolonger l’action du magnétisme ou d’affiner son ressenti. Ils deviennent dès lors de véritables couteau-suisses ambulants, toujours prêt à soulager la souffrance de son prochain.

 

Les outils essentiels et indispensables.


Pour mener à bien son action, le magnétiseur possède 4 outils de base qui sont considérés comme la pierre angulaire de sa pratique : les mains, le souffle, le regard et le cœur. Bien plus que de simples zones physiologiques, ce sont 4 expressions de son art qui prendront la forme la plus adaptée selon le besoin du consultant. Il pourra ainsi écouter, lire et façonner son action afin de relancer les fonctions naturelles et vitales pour le magnétisé.


L’étude de la gestuelle des mains en magnétisme est indispensable pour effectuer un travail de qualité et développer une saine compréhension de l’action à déployer. Si le geste du magnétiseur est précis, le résultat sera excellent pour le consultant. Il ne s’agit pas seulement de déplacer ses mains en voulant simplement reproduire un mouvement (méthode ou technique) ou un effet (soulagement, stimulation…), mais plutôt de développer un savoir-faire amenant à comprendre le sens du geste et de la portée qu’il va générer. De cette démarche découlera la connaissance (savoir) et le savoir-être exigé pour accompagner son prochain face à sa souffrance. Le geste effectué par le magnétiseur lui permet de passer du connu vers l’inconnu. Le connu sera représenté par les postures de mains et les actions qui en découlent, ce sera le monde du manifesté, de l’expression et de la dimension extérieure. L’inconnu quant à lui fera d’avantage appel au monde intérieur (non-manifesté, intériorité, sensibilité) aux sensations et aux mouvements de l’énergie dans la matière.


Quoi qu’il en soit la gestuelle suit un rituel conventionnel, portée par un sens profond, exempt de toute passion égotique et de superstition. Ils mettent en relation avec une dimension subtile permettant de consacrer. La gestuelle dont il est question peut se manifester par la prise de contact, les passes, les impositions, le souffle, le regard, le toucher, le lavage des mains (avant et après la séance). N’oublions pas que le magnétiseur est toujours un intermédiaire, un pont entre le profane et le sacré, entre le visible et l’invisible. Par conséquent, s’il surestime sa maitrise gestuelle (compter sur ses propres forces et ressources) des inconvénients et dissonances peuvent survenir.

 

Les mains.



Elles ont une place emblématique dans l’art du magnétisme et des autres pratiques énergétiques (reiki, quantum touch, énergétisme, bio-énergie…). Le rôle et la dimension symbolique qu’elles représentent (accueil-don, réception-émission, donner-recevoir) leurs confèrent une importance capitale pour le magnétiseur, qui les considères comme le prolongement de son cœur. Elles peuvent ainsi lui permettre de ressentir les déséquilibres subtils (scan énergétique) et d’agir en conséquence par une méthodologie spécifique : impositions et passes magnétiques.


D’une manière générale la main droite est dite positive, elle transmet l’énergie curatif et représente l’autorité spirituelle. La main gauche quant à elle est dite négative car elle réceptionne les informations subtiles et représente le monde matériel. Cette notion de la polarité des mains et du corps est capitale dans le magnétisme animal.

  • Les impositions ont pour but de canaliser le fluide magnétique vers un organe ou une région déterminée du corps. Elles se pratiquent avec une seule main ou les deux ensembles, soit à quelques centimètres de la zone à travailler (contact indirect) ou bien légèrement posées sur le corps (contact direct). Le terme « d’imposition » est parfois mal compris par certains magnétiseurs ou magnétisés qui considèrent cette appellation comme une forme de prise de pouvoir. Pourtant, dans le cadre des magnétiseurs employant le magnétisme animal (ou humain), parler d’imposition des mains est tout à fait correcte. Si l’on se réfère à la pensée populaire, un magnétiseur employant le magnétisme animal ce doit d’être une force de la nature (prédispositions physiques et mentales) pour utiliser son magnétisme auprès de son prochain. Saturé de son propre fluide magnétique, il ne pourra effectuer qu’un nombre restreint de consultations (3 ou 4) sur une journée afin d’éviter une déperdition de son énergie vitale. Contant sur ses propres forces, le magnétiseur impose une impulsion à son magnétisme par une action consciente et dirigée. La notion de polarité sera alors importante pour le praticien qui devra utiliser l’imposition isonome (+ et +) pour stimuler (action excitante et dynamique) ou hétéronome (+ et - ) pour calmer (action sédative et décongestionnante). Si l’on envisage la question de l’imposition au regard du magnétisme transcendant, l’approche sera différente. Même si la forme (impositions et passes) reste identique à celle du magnétisme animal, le fond aura une toute autre portée opératoire, il ne sera plus question de déployer ses propres fluides (ceux du magnétiseur) en les orientant vers le consultant mais de se remplir d’un fluide spirituelle (énergie spirituelle, souffle de vie…) en le laissant déborder par ses mains sans imposer une volonté personnelle. Nous entrons à ce moment dans une démarche d’accompagnement au sens évoquée par la guérison spirituelle. Pour différencier la pratique du magnétisme animal de celle du magnétisme transcendant, le terme « d’imposition » est parfois remplacé par celui d’application ou d’apposition. Même si l’idée d’utiliser un mot différent est intéressante, il apparaît difficile de pouvoir l’employer dans une généralité du fait que selon les praticiens le sens accordé pourra varier. C’est pour cette raison que je préfère parler de « postures de mains » pour décrire la gestuelle exécutée par le magnétiseur. D’autant que le terme de « postures » ouvre la porte à la dimension symbolique et sacrée des mains telle que nous la retrouvons dans les traditions occidentales (judéo-chrétienne) et orientales (hindouisme, bouddhisme, taoïsme et shintoïsme).

- Les impositions palmaires s’effectuent main ouverte face à la zone à travailler. L’action est sédative et calmante, elle agit en surface. L’imposition palmaire peut se faire avec une seule main (gauche ou droite) ou les deux mains (exemples : en opposition, en « sandwich », mains l’une sur l’autre, poignets croisées...).

- Les impositions digitales s’exécutent en présentant les doigts de la main en direction de la zone à travailler. L’action est stimulante et excitante, elle agit en profondeur. L’imposition digitale peut se faire avec une seule main (exemples : doigts tendus ou en poire) ou avec les deux mains réunis (exemples : en prière ou en forme de « V »…).

  • Les passes magnétiques s’exécutent par un mouvement de la main (ou des mains) en suivant le sens du courant des fluides dans le corps énergétique (ou magnétosphère). Elles peuvent s’effectuer sur l’ensemble du corps ou sur une partie locale. Chaque passe magnétique doit être accompagnées d’une intention claire en ayant toujours pour vocation de faire le bien et soulager la souffrance. L’agent magnétique sera diffusé par les paumes de mains, les doigts souples et légèrement écartés (ou réunis en coupe) en veillant à pratiquer calmement, en souplesse avec lenteur ou rapidité selon le but recherché. La force magnétique ainsi projetée pourra agir de manière efficace. Il est important de rappeler que les passes magnétiques s’exécutent sans jamais employer la force musculaire, pour éviter toutes raideurs musculaires et contraction des circuits énergétiques (canaux subtils, nadis, méridiens) qui affecteraient l’émission du magnétisme.

Dans l’usage conventionnel, les passes magnétiques s’effectuent par un mouvement descendant (de la tête vers l’épigastre ou les pieds), circulaire et parfois en remontant pour une action locale. Chaque fois qu’un magnétiseur effectue un mouvement de ses mains nous parlerons de passes ou passes magnétiques. Durant une séance, le magnétiseur aura le choix entre 3 types de passes magnétiques : longitudinales, transversales ou locales.

- Les passes longitudinales sont dites à grand courant lorsqu’elles s’effectuent de la tête à l’épigastre (ou aux pieds) et à petit courant lorsqu’elles sont faites sur une zone locale précise (exemple : le foie, la colonne vertébrale). Elles peuvent être saturantes, stimulantes ou dégageantes selon la vitesse d’exécution employée (de 10 secondes à 3 minutes) par le magnétiseur et l’intention émise dans le geste.

Les passes longitudinales saturantes ont un effet de régénération de l’organisme et des plexus nerveux. Elles favorisent la détente et l’apaisement ; et par conséquent le sommeil magnétique. Leurs actions est bénéfique pour les douleurs musculaires, tensions nerveuses et stress en favorisant un état de lâcher prise naturel pour le magnétisé.

Les passes longitudinales stimulantes procurent une sensation de rafraichissement et d’éveil de la force vitale (recharge des batteries). Le magnétisé aura le sentiment d’être revigoré et ressourcé. Elles sont très efficaces pour les coups de pompe et les états de fatigue (pathologique, physiologique ou mentale).

Les passes longitudinales dégageantes aident à calmer les états congestifs et excessifs en apportant une stimulation des fonctions éliminatrices et purificatrices du corps. Elles sont particulièrement indiquées lors de trop plein émotionnel, de congestion de la tête et de la poitrine, d’un excès d’eau dans l’organisme, d’un état de stagnation et de lourdeur.

- Les passes transversales s’effectuent de manière horizontale en partant du centre du corps (l’axe central) vers l’extérieur. Elles peuvent être comparées aux passes longitudinales dégageantes même si l’action des passes transversales est beaucoup plus intense et opératoire dans la fonction de dégagement. Effectuées sur la tête, le visage, la poitrine, l’abdomen et les genoux, elles libèrent les états d’oppression (exemple : tête lourde), extirpent les énergies nocives (perturbatrices de la santé et de l’intégrité du sujet) et évitent l’accumulation des fluides sur certaines zones (congestions ou blocages énergétiques). Les passes transversales à la fin d’une séance de magnétisme sont intéressantes pour rompre le cercle fluidique entre le magnétiseur et le magnétisé afin que chacun retrouve son intégrité intérieure.

- Les passes locales permettent d’agir d’une manière spécifique sur une zone du corps. Elles s’effectuent en palmaire ou en digitale. Exemples : passes d’extractions, passes rotatives, passes de dissolutions, passes de dévitalisations…

  • Les frictions et effleurages, que nous retrouvons dans les massages thérapeutiques ou de bien-être sont aussi utilisées en magnétisme à une différence. Tandis que dans les techniques de massage, l’effleurage se font habituellement en contact direct avec la peau ; dans le magnétisme, l’effleurage et les frictions se font uniquement à travers le vêtement. Que ce soit pour les frictions ou les effleurages magnétiques, les mains doivent épouser les contours du corps en étant mobiles et souples, car la raideur consomme inutilement de l’énergie. D’une manière générale, les frictions et effleurages en magnétisme s’exécutent uniquement de haut en bas, sauf pour certains cas où ils peuvent être effectués de façon circulaire ou en remontant (exemple : circulation dans les jambes). L’association de la magnétisation et de l’effleurage-friction permet une meilleure activité organique par une pénétration profonde des fluides magnétiques.

- Les effleurages auront une action apaisante ou stimugène. Elles peuvent s’effectuer du ventre jusqu’au jambes, de la poitrine jusqu’au bras, de la tête aux bras ou encore sur l’ensemble de la colonne vertébrale. L’action des effleurages permet avant tout de régulariser le système nerveux (SNC) et par conséquent la circulation sanguine et lymphatique, l’activité rénale, l’arborescence pulmonaire, etc. Si les effleurages sont effectués lentement, ils procurent calme, apaisement et détente. S’ils sont effectués rapidement, ils réveillent l’activité de l’organisme et enfin s’ils sont exécutés très rapidement, ils dégagent le corps des gènes et tensions qui affectent la souplesse et la fluidité des mouvements. Il faut compter 8 à 10 passages minimum pour une action complète.

- Les frictions sont des effleurages effectués très énergétiquement et en contact avec le corps. Les frictions vont permettre d’accélérer la circulation sanguine et la stimulation du système nerveux, d’activer les fonctions organiques, d’apaiser les émotions trop fortes et soulager les engorgements du foie, des intestins et des poumons.

Les frictions trainantes permettent de stimuler les fonctions organiques, libèrent les gênes respiratoires et éveillent la vitalité d’une personne fatiguée (entrainement intensif, émotion forte, sollicitation physique ou mentale). Elles s’effectuent en passant du dos vers le sternum en longeant chaque côté du corps.

Les frictions circulaires (toujours dans le sens des aiguilles d’une montre) s’effectuent principalement sur un organe ou une zone du corps spécifique (exemple : articulation du genou).

 

Le souffle.


De tout temps et dans diverses traditions, le souffle à une place importante pour ne pas dire vitale au vue des enjeux qu’il incarne. Associé à la respiration, le souffle est étroitement lié au phénomène de la vie. L’Homme naît par le premier souffle qui lui insuffle la vie, la naissance alors que la mort se caractérise par un dernier soupir. Les anciens considéraient l’air que nous respirons comme le véhicule privilégié d’une énergie vitale qui sera nommée de façon différentes selon les traditions mais dont l’idée reste identique :

  • Ki pour les Japonais.

  • Chi ou Qi pour les Chinois.

  • Ka pour les Egyptien.

  • Loung pour les Tibétains.

  • Prana pour les Hindou.

  • Mana pour les habitants de l’île de Pâques.

  • Rouah pour les Hébreux.

  • Et Pneuma pour les Grecs.


Si le souffle incarne la force vitale, il est aussi étroitement lié aux forces psychiques et spirituelles dont il est l’un des vecteurs. Sa relation avec la dimension subtile et sacrée lui donne alors une place de choix dans les rites religieux, initiatiques et thérapeutiques. Dans la pratique du magnétisme, on sait à quel point il est important de parler du souffle. Une respiration correcte est fondamentale. L’inspiration, l’expiration et la rétention d’air dans les poumons, ainsi que la façon de respirer sont primordiaux pour le maintien de la vitalité. Le magnétiseur aura à cœur de pratiquer des exercices respiratoires afin de récupérer et accroitre son potentiel d’énergie vitale.


Par l’usage du souffle chaud ou froid, le magnétiseur est mis en relation avec la double polarité de celui-ci qui favorise un travail de transformation et de transcendance.

  • Le souffle froid associé à la narine gauche est négatif, dégageant et calmant. Il incarne la force tamasique (souffle d’Elohim), essentiellement créatrice, réceptive et féminine. Nous pouvons l’associer aux aspects yin, lunaire, froid, humide, dense, au mouvement ascendant, aux émotions et aux sensations, à la couleur bleue et aux éléments terre et eau. Il contribue à soutenir l’identité, calmer les excitations et à développer une atmosphère intérieure propice à l’éveil des qualités féminines.

  • Le souffle chaud associé à la narine droite est positif, stimulant et excitant. Il incarne la force rajasique (souffle d’Haschem), essentiellement transformatrice, émissive et masculine. Nous pouvons l’associer aux aspects yang, solaire, chaud, sec, léger, au mouvement descendant, à l’intellect et au mental, à la couleur rouge et aux éléments feu et air. Il contribue éveiller une dynamique de transformation et de transcendance propice à l’expression des qualités masculines.


La respiration avec les deux narines, permet un mélange des deux souffles afin d’apporter un certain équilibre intérieur par les enjeux (qualités) qu’ils représentent :

  • sur le plan physique : action calmante et stimulante.

  • sur un plan psychique : disposition de réceptivité et d’émissivité dans la relation à l’autre.

  • et sur un plan spirituel : action de soutien (de création) et de transformation.


L’action magnétique du souffle est très intense, c’est pourquoi son usage est réservé aux magnétiseurs expérimentés. Sa mise en application dépendra de la capacité pulmonaire et de la puissance du souffle du magnétiseur. Celui-ci à l’obligation d’être en pleine possession de ses moyens physiques et psychiques afin d’éviter tout épuisement. C’est d’ailleurs pour cette raison que son emploi est déconseillé aux fumeurs du fait que leur souffle (capacité pulmonaire) n’est pas totalement opérationnel. Les zones sensibles aux souffles magnétiques sont le plexus pinéal, le plexus cardiaque, le plexus solaire et la nuque (au niveau des 6e et 7e cervicales).

  • Le souffle chaud est puissant, régénérateur et tonifiant. Il sera utilisé dans la cas de pertes de connaissance, accélérer la circulation sanguine, pour soulager les angoisses et la nervosité ou relancer la fonction de certains organes. Il s’effectue en ouvrant la bouche comme lorsque l’on prononce la lettre « A » ou « O » ou comme si on essayait de se réchauffer les mains.

  • Le souffle froid est apaisant, calmant, rafraichissant et dégageant. Il sera utilisé pour réveiller une personne après une séance, pour soulager les coups de soleil ou les états d’oppression de la tête ou pour apaiser une inflammation articulaire. Il s’effectue en pinçant légèrement les lèvres comme si l’on voulait éteindre une bougie ou refroidir une tasse de café chaud.

 

Le regard.


Le regard est considéré comme un organe ayant une double fonction. La première est de capter et recevoir les informations ; et la seconde d’exprimer et projeter celle-ci. Les yeux sont souvent évoqués comme une porte ou un miroir permettant à l’âme de s’exprimer au travers des sentiments et sensations que nous souhaitons partager. Le regard magnétique est la forme la plus subtile de projection du magnétiseur vers le magnétisé. C’est pour cette raison qu’il exige une grande maitrise de soi afin de transmettre une action bienfaisante et compatissante sans évoquer de sentiment de fascination ou d’intrusion pour le magnétisé. Le regard du magnétiseur doit être doux, fixe, méditatif et compatissant pour envoyer une énergie curative bienfaitrice. Le regard magnétique sera utilisé pour :

  • Renforcer l’action des mains sur une zone à travailler.

  • Fluidifier l’énergie dans certaines parties du corps en visualisant des rayons lumineux sortir des yeux et irradier la zone concernée.

  • Travailler sur un endroit du corps qui ne peut pas être touché.

  • Transmettre une information par la visualisation d’une couleur, d’un organe sain, d’une zone du corps apaisée.

Considérant le regard comme étant la forme opératoire la plus subtile du magnétisme, il parait naturel de l'associer à l'esprit, en tant que manifestation la plus éthérée. Le souffle quant à lui sera relié à l'âme de par son rôle de mise en relation et d'intermédiaire entre le corps (monde matériel et humain) et l'esprit (monde spirituel et divin). Concernant les postures de mains elles seront en relation avec le corps. Nous pourrions aussi envisager une autre association en reliant le souffle à l'esprit et le regard à l'âme. Cela reste tout à fait pertinent mais n'apporte pas l'éclairage nécessaire pour valoriser la manifestation du fluide magnétique de son niveau le plus dense au plus subtil.

 

Le sommeil magnétique.


Le sommeil magnétique ou plus précisément « l’endormissement magnétique » ne doit pas être confondu avec l’hypnose, la sophrologie ou la transe. Son objectif est de permettre au magnétisé d’éveiller sa sensibilité et d’aiguiser ses sens afin que le magnétiseur puisse l’aider à régulariser son mode de vie par des suggestions bienveillantes et bienfaisantes. Pour cela, le magnétiseur emploi les passes magnétiques, le regard et la suggestion mentale qui sera dirigée vers le résultat à obtenir : calme et détente, réduction du stress et de la nervosité, dégagement des peurs et addictions…


La pratique du sommeil magnétique s’effectue au cours de la magnétisation classique ou à la fin d’une séance. Il est important de rappeler que durant toute la phase de sommeil magnétique, le magnétisé garde sa conscience, sa vigilance et son discernement.

 

Les intermédiaires.


Il s’agit de supports matériels permettant de prolonger l’action bénéfique de la séance soit pour transmettre une énergie vitale, soit pour renforcer l’action de la magnétisation. Leurs capacités à conserver et diffuser la charge magnétique en fait un outil de choix pour le magnétiseur qui souhaite poursuivre son action entre deux séances où lorsqu’une personne est dans l’incapacité de se déplacer.


La magnétisation de l’objet se fera en tenant compte de la polarité du corps concernée ainsi que de la nature du problème afin de savoir s’il faut calmer ou stimuler. Le magnétiseur pourra alors effectuer une imposition isonome (magnétisation positive), hétéronome (magnétisation négative) ou régulatrice (impositions des deux mains). Les passes magnétiques peuvent être employées pour charger l’objet. Selon l’objectif recherché, ils pourront être utilisés en interne (exemple : eau magnétisée) ou en externe (exemple : coton magnétisé). Habituellement, ils se conservent dans la soie ou un tissu synthétique pour éviter toute déperdition d’énergie.


Les intermédiaires de la magnétisation :

  • Les liquides : huile, eau, crème, baume.

  • Les tissus : coton, vêtements, oreillers, linge de lit, doudou.

  • Les métaux (fer, cuivre, argent, or...) : aimants, médailles, pendentif, talisman.

  • Le bois et le papier.

  • Les poils de chat.

  • Les bougies (de préférence en cire d'abeille).

 

Les compléments.


Certains magnétiseurs ajoutent des éléments complémentaires à leurs pratiques pour approfondir leur travail, préciser l’action ou développer d’autres compétences (savoir-faire).

Les instruments bio-sensibles agissent comme des extensions du magnétiseur pour l’aider à identifier les causes de déséquilibres et employer les corrections appropriées.

  • Le pendule et baguettes.

  • Le clair ressenti et la main témoin.

  • Le testing musculaire.

  • ·…

Les compléments concernent toutes les méthodes personnelles du magnétiseur qu’il pourra mettre en application durant la séance :

  • Lithothérapie.

  • Prières de guérisseurs.

  • Reboutement.

  • Digipressure.

  • Chirurgie psychique et intervention psycho-énergétique faisant appelle à la visualisation créatrice d'outils subtils (exemples : multi drain, éponge de lumière, tamis…).


258 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout